top of page
  • Writer's pictureProjet Jeune Leader

Coup de projecteur sur l'un de nos outils de redevabilité et d'engagement communautaire le plus efficace !


Two middle school boys sit behind a wooden desk, reading a colorful Projet Jeune Leader EKO magazine that obscures their faces.


La confiance et la redevabilité sont essentielles pour qu’un programme survive et prospère. Cela est particulièrement vrai dans le cadre d’un programme d’éducation transformatrice en compétences de vie.


L’un de nos outils en particulier a connu un grand succès dans l’amélioration de notre réactivité et de notre engagement auprès des élèves, des parents et des administrateurs de nos écoles partenaires : nos magazines « EKO ». Chaque année, ces magazines sont en effet lus par des milliers de nos parties prenantes locales qui nous envoient en retour des centaines de commentaires chaque mois. Ceux-ci ont façonné notre travail de manière déterminante.


La création d’un magazine papier


Nous proposons notre programme complet d’éducation en compétences de vie dans 148 communautés principalement rurales et touchons ainsi plus de 56 000 élèves adolescents par an. Assurer une communication transparente et régulière avec les membres de ses communautés constitue un véritable défi, notamment avec les parents d’élèves. Ceci est particulièrement vrai sachant 80% de la population malagasy n’a pas accès, à la radio, à Facebook, aux journaux ou même à l’électricité. Et pourtant, cette communication est essentielle au vu du caractère sensible et du risque de désinformation entourant l’éducation en compétences de vie.


Ce défi nous a ainsi conduits à l’idée de création d’un magazine papier. Ce genre de document est en effet peu coûteux à imprimer et peut facilement atteindre une population très large via nos animateurs-éducateurs, qui vivent et travaillent dans des zones géographiques dispersées. De plus, chaque animateur-éducateur n'a besoin que d'un petit nombre d'exemplaires dans école où il officie, les élèves pouvant consulter les magazines et les amener chez eux pour leur famille, puis les rapporter à quelqu'un d'autre pour qu'ils puissent les utiliser.


Ce format nous permet également d'être créatifs dans notre contenu. La plupart de nos lecteurs, comme les élèves et leurs parents, ont un faible niveau d’alphabétisation. Nos magazines EKO sont ainsi conçus colorés et riches en images, avec un contenu clair et rédigé dans un langage simple et informel.

Nos animateurs-éducateurs nous rapportent très souvent les demandes de leurs élèves et directeurs souhaitant savoir quand le prochain numéro sortira, un très bon indicateur que le magazine est accepté et apprécié par nos communautés scolaires.



A young girl, face obscured, sits on a mat on the floor reading pages from an EKO magazine.


Au cœur des pages du magazine EKO


Dans chaque numéro du magazine EKO, nous partageons un mélange de contenus conçus pour améliorer la compréhension de notre programme par nos parties prenantes. Nous partageons certains extraits de notre curriculum, expliquons les enjeux et la logique de notre programme, écrivons des petites histoires inspirantes sur nos animateurs-éducateurs ou encore interviewons des directeurs d'école sur les raisons pour lesquelles ils croient en notre programme. Nous nous efforçons d’utiliser un langage dont nous savons qu’il résonnera avec ce qui tient à cœur à ses communautés. Par exemple, nous ne décrivons pas une leçon en expliquant la manière dont elle développe « l’intelligence socio-émotionnelle » des élèves, mais plutôt expliquant la manière dont elle les aide à prendre des décisions saines et sûres.


Dans la mesure du possible, nous intégrons des messages clés dans le contenu du magazine. Cela peut aller de messages sur l'égalité des sexes à des exemples concrets de communication positive parent-enfant. Beaucoup de nos lecteurs n’ayant pas directement interagi avec notre programme (parents n’ayant pas participé à nos ateliers, frères et sœurs de nos élèves, ect…), ce magazine représente également une nouvelle piste d’impact supplémentaire.


« Avant, quand j’avais un problème, je n’osais pas en parler à mes parents parce que j’avais peur qu’ils me grondent. Mais maintenant, j’ai l’assurance de partager ce que je ressens et je ne suis pas gênée, car j’ai lu l’histoire de Myriame dans le magazine EKO. C’était l’histoire d’une petite fille d’un village qui avait beaucoup de confiance en elle et qui n’hésitait pas à se confier à des adultes de confiance qui étaient capables de l’aider. Merci pour cette histoire ! » – Message que nous a envoyé un élève

Faciliter la communication bidirectionnelle


Les magazines EKO sont bien plus qu'un simple moyen pour nous de communiquer avec nos parties prenantes. En effet, c'est aussi pour eux un moyen de communiquer avec nous ! Chaque magazine contient ainsi une pile de morceaux de papier vierges. Lorsqu'un magazine emprunté est retourné, l'animateur-éducateur PJL récupère les messages qui y ont été laissés. Nous incluons également des instructions dans le magazine encourageant les lecteurs à nous envoyer leurs commentaires et leurs questions sur notre programme.


À notre grande surprise, ce fut un succès retentissant. Au cours de l’année scolaire 2022-2023, nous avons ainsi reçu un nombre impressionnant de 24 637 messages manuscrits via les magazines EKO dans nos 148 communautés partenaires !


La majorité des commentaires que nous recevons proviennent des élèves, la plupart d’entre eux partageant à quel point ils apprécient leur animateur-éducateur PJL et leurs cours d’éducation en compétences de vie. Nous recevons également annuellement des centaines de commentaires de parents, ainsi qu'un certain nombre d'enseignants et d'administrateurs de nos écoles partenaires.



A pile of a few dozen pieces of paper with handwritten messages are piled in a circle on the floor.


Un mécanisme de redevabilité circulaire


L'animateur-éducateur est le premier à lire chaque mois les messages reçus avec le directeur de l’école partenaire où il travaille. Il s’agit d’une première étape cruciale, car elle aide le directeur de l’école à comprendre ce que pensent et expriment ses propres parties prenantes. Cette lecture fournit également à l’animateur-éducateur et au directeur un retour d’impressions immédiat sur le travail de l’animateur-éducateur au sein de l’école. Cela nous aide à favoriser le soutien des directeurs d’établissements à notre programme, ceux-ci entendant directement de la part de leurs parties prenantes à quel point notre programme est apprécié. Une perspective qui a beaucoup plus d’influence que tout ce que nous pourrions dire ou faire nous-mêmes.


L'animateur-éducateur transmet ensuite les messages à notre responsable technique et à notre équipe de suivi et d'évaluation.


« Lorsque je lis les commentaires que nous recevons, je suis le plus souvent à l’affût de questions. Qu’est-ce que les gens ne comprennent pas à propos de notre programme ? Y a-t-il de fausses idées ou des malentendus ? Y a-t-il des questions à propos d’un sujet spécifiques posées par les élèves ou les parents ? Ensuite, j’utilise ces commentaires pour écrire le prochain numéro de l’EKO. » – Tahiry, Coordonnatrice de la recherche, de l'apprentissage et de la redevabilité

Les magazines EKO créent ainsi une boucle de feedback servant à améliorer notre communication, notre redevabilité et notre réactivité. Celle-ci nous aidant à affiner et améliorer notre programme.


« Environ 98 % des commentaires que nous recevons sont extrêmement positifs. Ceux-ci sont vraiment utiles non seulement pour renforcer le moral, mais également pour entrevoir quelles parties de notre programme ou quelles qualités de nos animateurs-éducateurs trouvent un écho chez nos parties prenantes. Par exemple, beaucoup d’enfants nous disent à quel point ils aiment lire des livres et des magazines avec les animateurs-éducateurs après l’école. Nous avons ainsi vu que c’était une activité importante pour eux, même si nous ne la considérions pas comme une activité essentielle. Cette année, nous avons donc organisé une formation pour nos animateurs-éducateurs sur la façon d’animer des séances de lecture en groupe afin de rendre cette activité plus enrichissante. – Chrystian, Responsable technique

L’impact mesurable de nos outils de redevabilité


Lorsque nous avons testé pour la première fois les magazines EKO ainsi que d’autres outils de redevabilité en 2018 (avec le soutien de l’initiative CIVICUS Resilient Roots), nous avons mesuré comment ces mécanismes améliorent la perception des communautés de notre réactivité, de notre confiance, de notre redevabilité et de notre respect. Après 18 mois d'utilisation de ces nouveaux outils, nous avons constaté une augmentation substantielle du pourcentage d'élèves, de parents et de personnel des écoles partenaires qui nous attribuant une note élevée (9/10 ou 10/10) sur ces quatre caractéristiques :


  • Réactivité : 74 % à 87 % du début à la fin

  • Confiance : 67 % à 85 % du début à la fin

  • Redevabilité : 52 % à 80 % du début à la fin

  • Respect : 37 % à 76 % du début à la fin

Au cours des années qui ont suivi, nous avons mis au jour d’autres impacts positifs involontaires des magazines EKO : l’amélioration des connaissances et du comportement des élèves adolescents.


Grâce à notre modèle de partenariat gouvernemental d’éducation en compétences de vie, nous avons pu suivre de près un petit groupe d’animateurs-éducateurs pour comprendre quels facteurs pourraient influencer les résultats de leurs élèves (la motivation des animateurs-éducateurs, leur comportement vis-à-vis du genre ou de la sexualité positive, ect…). Les élèves des animateurs-éducateurs très motivés et ayant des états d’esprits positifs feraient-ils mieux que les élèves des animateurs-éducateurs moins motivés et ayant des états d’esprit plus négatifs ? Il s’avère finalement que cela ne joue pas tellement ! Au lieu de cela, nous avons constaté que les élèves des animateurs-éducateurs ayant reçu un nombre élevé de commentaires EKO ont obtenu de bien meilleurs résultats dans les évaluations post-programme que les élèves des animateurs-éducateurs ayant reçu peu de commentaires EKO ! Nous ne comprenons pas encore complètement pourquoi, d’autant plus que les magazines EKO ne contenaient pas de contenu spécifiquement lié aux enquêtes sur les connaissances des élèves.

Néanmoins, il s’agit d’un autre exemple puissant de la façon dont nos mécanismes de redevabilité mènent à l’amélioration de notre programme. De plus, au cours de nos années de terrain en faveur de l’éducation en compétences de vie, nous n’avons jamais rencontré d’opposition de la part des communautés avec lesquelles nous travaillons. Nos outils de redevabilité des parties prenantes dont font partie les magazines EKO n’ont donc pas simplement était utiles, ils sont devenus un élément essentiel de la manière dont nous développons et démocratisons notre programme d'éducation en compétences de vie de haute qualité, motivés par une forte demande de la part des communautés locales.



A young girl is seen from behind sitting at a wooden desk reading a colorful EKO magazine full of images and drawings.

Comments


bottom of page